Fleur d’eau

Court-métrage musical “Fleur d’eau” réalisé par Baptiste Auffray avec Christina Goh et Les Passeurs de Légendes.

Synopsis

En décidant de se retirer en forêt pour trouver une solution à son problème, elle ne pense pas marcher dans les pas de ceux qui l’ont précédé…

En savoir plus sur “Fleur d’eau”

Image : Storyboard Fleur d’eau graphisme avant tournage par Azur Ambre / Photo tournage Sabine Soury Poussard.

Entre la France et les Etats-Unis, Christina Goh rassemble autour du poème de Marceline Desbordes-Valmore (1786 – 1859), la troupe médiévale Les Passeurs de Légendes de Touraine, le réalisateur Baptiste Auffray, bien connu du milieu hip hop tourangeau, et pour la musique, la guitariste rock bostonienne Catherine Capozzi et l’accordéoniste jazz parisien Maxime Perrin.
Le cadre de l’histoire est la forêt domaniale de Loches avec le partenariat de l’Office Nationale des Forêts.

La date de publication n’est pas anodine : le 10 septembre est la journée mondiale de la prévention du suicide. Cette année sur la thématique : « travailler ensemble pour la prévention du suicide ».

Pour Christina Goh, initiatrice du projet :

« Fleur d’eau » ne se résume pas facilement, l’oeuvre permet juste de mieux comprendre et de pouvoir en parler…
il était indispensable de convier l’imaginaire pour traiter un thème douloureux, le suicide, qui prend son origine (idée) dans la tête de l’individu. Cependant, les émotions (désespoir, désir d’isolement, préméditation, fixation) développées par le personnage principal s’inspire de témoignages réels liés à des tentatives de suicide.

Le statut spécial (court-métrage musical) de « Fleur d’eau »

Initié dans le cadre des activités intersectorielles Ut Fortis pour la prévention du suicide, le film illustre un titre musical de l’album Nectar (Ut Fortis Cast Recording) qui sort le 9 octobre chez Plaza Mayor Company Ltd., opus qui retrace l’essence du spectacle dédié à la prévention du suicide UT FORTIS.

Un poème particulier

« Fleur d’eau » de Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) est un écrit de consolation qui souligne l’importance de la communication et de la verbalisation du non dit. Lire le poème.

Le double symbole

Une forêt domaniale de Loches doublement symbolique :
D’une part, de par son histoire (le lieu est lié à l’histoire de la cité royale de Loches), d’autre part, les légendes qui s’y rapportent en Touraine. Comme la double mission du clip : l’imaginaire au service d’une cause bien réelle. Découvrir la forêt sur le site de l’Office National des Forêts.

La participation de la troupe médiévale Les Passeurs de Légendes

Lire l’interview Christina Goh & Les Passeurs de Légendes, histoire d’une collaboration. L’interview croisée.

Share This: